Solutions

Solutions industrielles

Services

Besoins d'entreprise

  • Intégration de systèmes
  • Stratégie
  • Conformité GDPR
  • Conformité ADA (accessibilité)
  • Gestion des infrastructures

Produits

Technologies

  • Python
  • Django CMS
  • Drupal
  • Angular
  • Joomla
  • Wordpress
  • SasS
  • Bootstrap
  • JS
  • HTML5
  • CSS3
  • JQuery
  • Mysql

Berkshire Hathaway’s Golden Anniversary

Depuis aussi longtemps que je puisse m’en rappeler, les actions de Berkshire Hathaway de type A sont au sommet du palmarès des actions les plus chères au monde. Au moment où vous lisez ceci, le prix d’une seule action se situe à environ 220 000$ USD, soit l’équivalent de 6 ans de travail au salaire moyen. À l'occasion du 50e anniversaire de sa création, je vous propose un état des lieux.

Berkshire Hathaway est un conglomérat sous la direction de Warren Buffet, l’oracle d’Omaha. Le conglomérat possède un impressionnant spectre d’activités "ranging from lollipops to jet airplanes" mais il opère principalement dans les secteurs suivants : les assurances, le textile, la distribution d’énergie et de service collectifs et les produits financiers.

Lorsque Berkshire Hathaway est passé sous la gouverne de monsieur Buffet en 1962, la compagnie opérait seulement dans le secteur du textile, le nom Berkshire Hathaway provient d’ailleurs de la fusion de deux sociétés : Hathaway Manufacturing Company et Berkshire Fine Spinning Associates.

Le conglomérat est à la tête de plusieurs compagnies d’assurance (leur activité principale) telles que : Geico, General Re et BH Reinsurance. À elles seules ces compagnies d’assurance ont réalisé plus de 3 milliards de profit dans la dernière année. Geico qui offre principalement des assurances automobiles, a notamment été une des acquisitions les plus prolifiques de Berkshire.

Dans le secteur du textile et de la vente de détail, on retrouve entres autres : Fechheimer Brothers Company, Fruit of the Loom, H.H. Brown Shoe Group, Justin Brands et j’en passe plusieurs. En 2014, ce regroupement de compagnies détenues par Berkshire a enregistré un profit net de 4,47 milliards.

Pour le 3e secteur principal de la compagnie, la distribution d’énergie et de services collectifs, on retrouve Berkshire Hathaway Energy (BHE) et BNSF.

BHE représente plus de 6% du total d’énergie éolien américain, 7% de l’énergie solaire américain et 8% de la consommation de  gaz naturel américaine. On évalue à plus de 5,5 milliards USD les revenus pour 2014.

Enfin, dans le secteur des produits financiers, on retrouve entre autre Marmon, Clayton et XTRA pour ne nommer que ceux-ci. Les profits après impôt pour 2014 s’élèvent à 1,8 milliards USD.

Parmi ses principaux placements ou investissements, on retrouve le Big Four composé de :

  • 7,8% dans IBM
  • 9,2% dans Coca-Cola
  • 14,8% dans American Express
  • 9,4% dans Wells Fargo

À première vue ces chiffres peuvent sembler négligeables mais détrompez-vous, une augmentation de 1 dixième de pourcent = 0.1% ? dans une de ces quatre compagnies représente une augmentation des revenus de 50 millions par année.

De plus, Berkshire à une option d’achat d’action de Bank of America. Cette option porte sur 700 millions d’actions pour un montant de 5 milliards, cette option peut être exercée à n’importe quel moment d’ici septembre 2021. À ce jour la juste valeur de ces 700 millions d’actions est au-dessus de 12,5 milliards.

Plus récemment, le conglomérat a acquis 50% de Heinz, a aussi participé à l'acquisition médiatisée de Burger King par Tim Horton et est présentement sur le point de conclure une entente avec Procter et Gamble pour l’acquisition de Duracell.

Quelques faits intéressants :

- A monumentally stupid decision over $0,125 :

Avant d’acquérir le contrôle de Berkshire Hathaway, Warren Buffet ne possédait qu’une participation de 7% dans celle-ci, et cherchait même à s’en débarrasser pour sortir du secteur du textile. Buffet était sur le point de vendre ses actions à un des principaux actionnaires de la compagnie, Seabury Stanton. Le prix convenu était de 11.50$ l’action, or, lorsqu’il reçut la lettre d’achat, le prix écrit était de 11.375$. Offusqué, Buffet ignora l’offre et se mit à acheter plus d’action de Berkshire afin de détenir le contrôle et par la suite il congédia Stanton.

Au fil des années Buffet regretta de ne pas avoir écouté son premier instinct de vendre les actions à profit pendant qu’il était temps et finira, quelques années plus tard, par se débarrasser de ces actions à perte. D’où est resté à ce jour le nom de Berkshire Hathaway pour se rappeler les erreurs du passé.

- Au cours des cinquante dernières années, le conglomérat n’a réalisé que 3 investissements à perte significative dont 2 d’entre eux sont survenus en 1974-1975.

- Berkshire a fait le choix de ne jamais faire de fractionnement d’actions pour son action de type A malgré son cours si élevé ( 220 000 USD ), la raison est simple : dimininuer la volatilité de l’action et décourager la spéculation.

Toutefois, Berkshire a un autre type d’action de catégorie B qui se transige autour 145 USD.

Conclusion à tirer des 50 dernières années :

Berkshire Hathaway explique son succès par un investissement diversifié plutôt que sécuritaire :

"The unconventional, but inescapable, conclusion to be drawn from the past fifty years is that it has been far safer to invest in a diversified collection of American businesses than to invest in securities.Treasuries, for example  whose values have been tied to American currency.

That was also true in the preceding half-century, a period including the Great Depression and two world wars. Investors should heed this history. To one degree or another it is almost certain to be repeated during the next century.

Stock prices will always be far more volatile than cash-equivalent holdings. Over the long term, however, currency-denominated instruments are riskier investments – far riskier investments – than widely-diversified stock portfolios that are bought over time and that are owned in a manner invoking only token fees and commissions.

That lesson has not customarily been taught in business schools, where volatility is almost universally used as a proxy for risk. Though this pedagogic assumption makes for easy teaching, it is dead wrong: Volatility is far from synonymous with risk.

It is true, of course, that owning equities for a day or a week or a year is far riskier (in both nominal and purchasing-power terms) than leaving funds in cash-equivalents. Any party that might have meaningful near-term needs for funds should keep appropriate sums in treasuries or insured bank deposits. For the great majority of investors, however, who can invest with a multi-decade horizon, should invest in widely-diversified stock portfolios."

- Rapport Annuel 2014

Chez Nixa nous sommes des passionnés de design et de nouvelles technologies. Nous serions heureux de partager notre passion avec vous.

Nous contacter
Logo Nixa spécialistes digital